Les amis d'Adamo

Groupe d'admirateurs de Salvatore Adamo
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partager | 
 

 A 5 Heures de Paris - Film israélien sortie France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zanzibar



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: A 5 Heures de Paris - Film israélien sortie France   Jeu 24 Juin 2010 - 17:21

Voici pour nous donner de la fraicheur en cas de besoin. Un article de Télérama



CRITIQUE Une chanson de Joe Dassin (Salut), une autre d'Alain Barrière (Elle était si jolie), sans oublier Adamo (Tombe la neige) : entendu dans un film français, ça paraîtrait ringard, au mieux décalé. Mais dans une comédie romantique israélienne, modeste et charmante, ces vieux tubes francophones ont un effet bien particulier : ils participent à l'atmosphère élégiaque du récit, accentuent la désorientation des personnages, leur ouvrent le territoire, a priori incongru pour eux, des sentiments. Car rien a priori ne semble devoir réunir Yigal, chauffeur de taxi, et Lina, la prof de musique de son fils. Lui est un type sans histoire, divorcé, cool au point d'être le meilleur pote du nouveau compagnon de son ex-femme. Sa peur de l'avion le cloue sur le sol d'Israël alors même que la bar-mitzvah de son fils doit avoir lieu à Paris. Elle, venue de Russie, s'apprête à suivre son mari médecin, en cours d'émigration vers le Canada. Il est à l'arrêt, elle est en transit, réel et affectif.
Dans A cinq heures de Paris, on chante en français, donc, et on parle en hébreu, mais aussi en russe. L'action ne se déroule pas à Tel-Aviv, métropole branchée aux airs de capitale européenne, mais dans sa banlieue grise : à Bat Yam, où s'est installée, depuis les premiers temps de l'immigration soviétique, une importante communauté russophone. Curieusement, de même que Mariage tardif, de Dover Kosashvili, autre chronique sentimentale israélienne, évoquait le meilleur des comédies géorgiennes, ce premier film signé Leon Prudovsky (né à Saint-Pétersbourg !) rappelle davantage le cinéma russe qu'une « nouvelle vague » locale. Sans doute ce sentiment tchékhovien qui fait que les personnages peinent à agir sur leur propre vie...
Car rarement séducteur aura été aussi humble, maladroit, l'anti-héros par excellence. Yigal est le genre de taxi qu'un passager indélicat peut gruger sans mal, prétextant qu'il doit aller demander des shekels à sa femme. A ce jeu, on ne l'aura pas deux fois ? Eh si, et le même client encore ! Yigal n'est pas naïf, plutôt d'une infinie gentillesse, d'une compassion et d'une patience hors norme. Ce qui lui permet de séduire cette jolie brune cachant sa tristesse de ne pas être devenue concertiste... Les plus belles séquences sont, comme souvent, celles du début de l'histoire : regards qui se prolongent, conscience partagée que quelque chose se noue, qui n'a pas encore de nom. Est-on sûr, d'ailleurs, que cette histoire ira bien loin ? Les deux comédiens, Dror Keren et Helena Yaralova (vue dans Kedma, d'Amos Gitaï) excellent dans ce subtil apprivoisement. La sensibilité et la discrétion de Leon Prudovsky, qui les dirige, font le reste. Cette « brève rencontre » russo-israélienne (et universelle) nous touche sans qu'on s'y attende.

Aurélien Ferenczi

Télérama, Samedi 26 juin 2010





.




















google_protectAndRun("render_ads.js::google_render_ad", google_handleError, google_render_ad);
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A 5 Heures de Paris - Film israélien sortie France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis d'Adamo :: Salvatore :: Les émissions, télé, radio ainsi que les trouvailles vidéos-
Partager