Les amis d'Adamo

Groupe d'admirateurs de Salvatore Adamo
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partager | 
 

 sa fille de l'ombre ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mireille

avatar

Nombre de messages : 959
Date d'inscription : 14/01/2009

MessageSujet: L'officiel   Dim 12 Déc 2010 - 21:12

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesamisdadamo.exprimetoi.net
Mireille

avatar

Nombre de messages : 959
Date d'inscription : 14/01/2009

MessageSujet: La fille de l'ombre (suite)   Dim 12 Déc 2010 - 9:16

Je viens de recevoir ce bel article ....bonne lecture!!


Longtemps elle est restée dans l’ombre de sa famille officielle. Aujourd’hui, elle partage avec lui une chanson sur son nouvel album.
Interview Benjamin Locoge - Paris Match

Pour la photo ¬officielle, Salvatore l’Italien a toujours posé avec Nicole, son épouse. Il a souvent évoqué ses trois enfants, ¬Anthony, Benjamin et Amélie. Mais Adamo ne disait pas tout. C’est à la faveur d’une biographie parue en 2003 qu’il a confirmé son secret de polichinelle. Amélie n’était pas la fille de Nicole, mais celle d’Annethe Hal, une comédienne d’origine allemande, avec qui il a vécu une histoire d’amour de neuf ans. Le chanteur a pris le temps qu’il estimait nécessaire pour parler sans faux-semblants de sa vie. Et puis, en 2004, une ¬hémorragie cérébrale a failli le ¬terrasser. Adamo s’en est sorti, mais le drame a eu raison des ¬antagonismes du passé. Amélie a rencontré Nicole, la situation s’est normalisée. A l’époque, Salvatore nous expliquait qu’il rêvait de chanter avec sa fille. Six ans plus tard, son vœu s’est exaucé. Amélie interprète un duo avec lui sur son nouvel album « De toi à moi » (Polydor/Universal). A cette ¬occasion, Salvatore et Amélie ont ¬accepté, pour la première fois, un entretien croisé.

Paris Match. L’existence d’Amélie a été révélée tardivement.
Salvatore Adamo. Elle a été révélée dès qu’elle a eu l’âge de raison, c’est-à-dire dès qu’elle a eu l’âge de lire. Je ne voulais pas qu’elle tombe sur un article et qu’elle lise qu’elle n’existait pas.
On a longtemps cru qu’elle était la fille de Nicole, votre épouse.
S.A. Voilà... Il a fallu attendre le moment propice pour que le public sache la vérité. Je ne voulais blesser personne. Avec la mère d’Amélie, j’ai vécu une grande et belle histoire qui s’est terminée il y a une vingtaine d’années.
Comment Nicole a-t-elle vécu sa naissance ?
S.A. Au début, elle n’était pas ¬réjouie... Et puis, avec philosophie, elle l’a acceptée. Aujourd’hui, Amélie vient à la maison et Nicole adore la façon dont elle chante.
Finalement, il faut relativiser. Vous ne seriez pas célèbre, votre histoire n’aurait pas défrayé la chronique.
S.A. Probablement. J’essaie de trouver le juste milieu entre ce que je peux dire et ce que je veux garder pour nous. Cela explique aussi pourquoi j’ai mis aussi longtemps à dire que ma fille n’était pas celle de mon épouse. Tout cela s’est fait progressivement, par la compréhension et la bonne volonté de chacun.
Mais quand vous avez raconté l’histoire, vous avez parlé de soulagement.
S.A. C’était difficile, effectivement... Je n’ai jamais passé une fête avec mes trois enfants, et c’est ¬aujourd’hui mon vœu le plus cher. Il n’est jamais trop tard pour le réaliser.
Amélie Adamo. Ça va venir...
S.A. Oui, je l’espère.

Amélie, comment avez-vous grandi ? Cachée de tous ?
A.A. Non, pas du tout. Je suis née en Allemagne, mais ma mère est venue s’installer en France. Je voyais régulièrement mon père, j’ai très vite été mise au courant de sa situation, de son autre famille. Tout cela m’a toujours paru normal. Le plus compliqué était d’avoir un père chanteur, célèbre. Je n’osais pas en parler, je le dis depuis peu. Pendant des années, je n’ai même jamais envisagé de chanter. Je tournais autour, j’ai pris des cours de théâtre, je disais que je voulais devenir metteur en scène ou productrice. J’ai même travaillé dans l’édition à Londres. Je me cachais la vérité. Il a fallu l’insistance de mes amies pour que je passe le cap et que j’aille chanter en duo avec mon père.
S.A. Sa mère m’a toujours dit qu’elle possédait une voix magnifique. Mais, devant moi, Amélie¬ ¬refusait de chanter. Elle n’était pas à l’aise. J’ai dû lui forcer la main pour qu’elle accepte ! C’est presque comme si je lui avais tendu un piège. J’ai longtemps été embarrassé par
la question : “Que fait votre fille ?” J’ai cru que tu serais comédienne.
A.A. J’ai procédé par ¬élimination !
S.A. Et maintenant tu y prends goût ! Elle est même venue à la ¬maison préparer des maquettes pour son propre disque.
Amélie, comment avez-vous vécu l’annonce publique de la réalité de votre situation ?
A.A. A l’époque où le livre est sorti, j’étais aux États-Unis, loin du tumulte. Cela n’a rien changé pour moi. J’ai eu beaucoup plus peur quand mon père a eu son accident cérébral, j’ai très mal vécu son hospitalisation. Quand je suis entrée dans sa chambre, je me suis évanouie, les médecins ont mis vingt minutes à me réanimer.
S.A. Heureusement que j’étais dans le coma ! Je n’ai rien vu de tout cela ! Cet épisode nous a rapprochés. C’est depuis ce temps-là qu’Amélie vient chez moi en Belgique, qu’elle a rencontré Nicole. Cet été, tu es même venue quelques jours dans le Midi...

Amélie, quel genre de père est Salvatore ?
A.A. C’est un vrai papa poule, pas vraiment autoritaire. Il n’a jamais insisté pour que je fasse mes devoirs, il ne s’est jamais inquiété de mes résultats scolaires.
S.A. [Il l’interrompt.] Avec les garçons non plus ! Comme j’étais en tournée, je déléguais les problèmes aux mères. Moi je revenais les bras chargés de cadeaux, j’avais le beau rôle. Mais c’est un peu lâche.
A l’école, était-ce un inconvénient de porter le nom d’Adamo ?
A.A. Ni un inconvénient ni un avantage. Quand on évoquait mon père, j’étais toujours très gênée. Je ne voulais pas qu’il vienne me chercher à la sortie, je lui demandais d’attendre plus loin.
S.A. Ah ça ! Je me souviens de l’attente sur le trottoir à côté de Janson-de-Sailly !
A.A. Quand on me demandait la profession de mon père, je disais qu’il était auteur-compositeur.
Je n’ai jamais mis sur les fiches de renseignements qu’il était ¬chanteur.
S.A. Moi non plus je n’ai ¬jamais su quoi écrire !
Etiez-vous un père présent pour Amélie ?
S.A. J’ai essayé. Mais j’ai surtout été absent, pour Amélie comme pour Benjamin et Anthony. Malheureusement, c’est le lot des saltimbanques...
Salvatore, votre carrière a-t-elle pris le pas sur votre vie privée ?

S.A. Bien sûr et c’est l’un des seuls regrets que j’ai avec ce métier. Je suis allé chanter 38 fois au Japon, par exemple. Une fois, j’y suis resté deux mois. Je me suis vraiment demandé ce que je faisais, et surtout pourquoi je n’étais pas avec mes enfants. Un mois aurait largement suffi... J’aurais pu utiliser le mois supplémentaire pour mes enfants. Aujourd’hui, j’essaie d’être plus raisonnable.
A.A. A chaque fois que je le voyais en concert, c’était comme une révélation. Je comprenais sa dimension d’artiste.
Le monde du show-biz vous fascinait-il, Amélie ?
A.A. Pas du tout. Mon goût musical, je l’ai forgé avec ma mère, d’où mon penchant pour les musiques anglo-saxonnes. Les chansons de mon père, je les connais toutes, bien sûr, mais ce n’est pas ce que j’écoute le plus.
S.A. Amélie a fait ses études à Boston, elle a longtemps vécu à Londres aussi...
A.A. Je connais mal la chanson française.
S.A. Mais tu la connais quand même ?
A.A. Oui, oui... Mais j’ai un goût très commercial, tu sais. Mon frère, lui, a des goûts pointus, il me cite des groupes dont je n’ai jamais entendu parlerS.A. Mais Benjamin est ¬musicien, c’est normal...
A.A. Moi, depuis toujours, j’aime particulièrement “Les ¬collines de Rabiah”. Plus ¬récemment, j’ai craqué sur “L’écrin”, très seventies. Mais “Tombe la neige” n’est pas celle que je préfère...
Dès que je vais quelque part, c’est celle qu’on me sort !
Salvatore, puisque Amélie souhaite devenir chanteuse, pourquoi ne lui écrivez-vous pas des textes ?
S.A. J’y pense mais, pour sa ¬crédibilité, je souhaiterais ne pas être trop présent dans l’histoire. Même si depuis quelques années, les “fils de” sont mieux acceptés dans le métier. Thomas Dutronc, Matthieu Chedid, les fils Souchon... Si elle se retrouve dans certaines des chansons que je lui proposerai, pourquoi pas ?
Êtes-vous proche de vos frères, Amélie ?
A.A. Pas assez. Nous manquons de temps. Benjamin habite à ¬Londres, comme moi, mais dans un quartier opposé au mien...
S.A. Ce serait magnifique si tu travaillais avec ton frère...
A 32 ans, vous choisissez donc de devenir saltimbanque à votre tour...
A.A. J’assume enfin ! C’est un choix de vie, effectivement.
Mon seul complexe, c’est de ne pas savoir jouer d’un instrument, de n’être qu’interprète. Je vais essayer d’écrire des textes, en anglais pour commencer.

S.A. Ce côté saltimbanque, je craignais que mes enfants me le ¬reprochent, puisque c’était mon alibi pour être absent. Et, ¬finalement, Benjamin et Amélie choisissent le même métier ! ¬Anthony est pilote, mais il est ¬bassiste à ses heures ¬perdues.
Salvatore, on vous sent heureux de chanter avec Amélie, de parler avec elle. Qu’est-ce qui a été le plus ¬difficile dans cette histoire peu commune ?
S.A. J’ai toujours su que les choses se normaliseraient d’elles-mêmes. Je ne voulais pas brusquer les protagonistes.
Avez-vous souffert ?
S.A. [Il hésite.] Oui, mais en ¬silence.
A.A. [Elle hésite.] Je préfère ¬regarder vers l’avenir. Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux. Lui et moi, on y arrive enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesamisdadamo.exprimetoi.net
alice

avatar

Nombre de messages : 238
Age : 67
Date d'inscription : 16/05/2009

MessageSujet: Re: sa fille de l'ombre ....   Jeu 9 Déc 2010 - 12:42

et oui mais maintenant tous sont bien rassemblé, merci Mireille. coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mireille

avatar

Nombre de messages : 959
Date d'inscription : 14/01/2009

MessageSujet: sa fille de l'ombre ....   Mer 8 Déc 2010 - 20:42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesamisdadamo.exprimetoi.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sa fille de l'ombre ....   

Revenir en haut Aller en bas
 

sa fille de l'ombre ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis d'Adamo :: Salvatore :: Les articles de journaux ou articles internet-
Partager